Le Minimalisme peut sauver votre Famille
Vie pratique

Le minimalisme peut sauver votre famille

17 janvier 2018

Faites-vous partie de ceux qui ont déjà dit :

 

Je n'ai pas le temps - Geralt

« je n’ai pas le temps… », « je ne peux pas me permettre ceci », « si je pouvais, je ferais cela », « je suis fatigué(e) de tout ce que j’ai à faire », « je dois encore nettoyer ceci, ranger cela avant de pouvoir faire ce dont j’ai envie. »

Ça nous arrive à peu près à tous. Ça m’est arrivé et en regardant autour de moi, en écoutant les personnes que je rencontre, j’observe que c’est une plainte qui résonne de proche en proche, au moins dans les pays occidentaux (Europe, Amérique du Nord). Ne dit-on pas aussi que « les parents courent toujours » ? Et il n’y a pas qu’eux !

Le minimalisme. Qu’on soit pour ou qu’on soit contre : tout le monde en parle.

Et pour ce qui est des biens-faits du minimalisme en famille, il suffit de jeter un petit œil explorateur du côté des blogs pour découvrir des mamans et même des papas qui cherchent à se simplifier la tâche pour allier travail et famille au quotidien. Sans parler des médias qui parlent de ce sujet « de société ».

Je peux vous dire que la famille d’Estelle – que je connais de mieux en mieux et qui est née de ces observations, est un cas tout à fait indiqué pour le minimalisme… à sa manière évidemment, car nous ne pouvons être tout à fait libres que si nous recréons quelque chose qui nous convient à partir de ce qui existe, mais nous en reparlerons…

Lorsqu’Estelle s’est installée avec Jérémie, à Londres en 1998, ils ne possédaient que peu d’objets. Puis, ils ont eu un premier enfant, Agathe, et avec elle, ils s’en sont donné à cœur joie pour lui acheter et recevoir toute la panoplie confortable et douillette que l’on offre à nos petits chérubins. Lit, poussette, landau, couvertures et doudous, jouets et boîtes à musiques. Puis est arrivé Hyppolite, le second enfant, et re-cœur joie avec de nouveaux vêtements petit gars, et re-jouets p’tit mec ! Et puis, il fallait une maison plus grande, une aire de jeu, une nounou à domicile, une femme de ménage, et même un un projet de piscine. La famille a accueilli un chien évidemment, car c’est bon pour le développement des enfants, et un chat pour ne pas que le chien se sente seul. Puis Zoé, la petite dernière est arrivée, et avec elle le van familial – troisième voiture, ainsi que le commencement des grands tris, pour faire de la place, archiver les boîtes de vêtements, photos, jouets, souvenirs, tout en continuant à acheter et recevoir cadeaux et vêtements girly. Car à l’heure actuelle, chaque enfant mérite de recevoir ses affaires à lui !

Puis patatras ! Jérémie perd son emploi pour faute grave. Résultat: il n’a plus droit aux allocations de chômage. Dans le jargon du soutien familial, c’est ce que l’on appelle : un « évènement déclencheur » (je vous en parlerai dans un autre article). Déclencheur de quoi ? De pagaille familiale. C’est en fait simplement la vie : nous avons tous des hauts et des bas, des épreuves à traverser. Nous pouvons tous être certain qu’au cours de notre vie, de notre couple, de notre famille, nous nous trouveront face à des évènements qui nous sortent du confort de nos routines quotidiennes – qu’ils soient négatifs (licenciement, perte du logement, décès, maladie, infidélité, drogue, mensonge, vol, agression, etc.) ou positifs (naissance, mariage, déménagement, départ à l’étranger, promotion).

Seulement voilà, une maison devenue obèse est lourde : elle peut écraser une famille et l’empêcher d’agir comme elle en a besoin pour évoluer rapidement et changer.

Estelle se rend compte qu’elle ne travaille plus depuis sept ans. Qu’elle a mis une carrière qu’elle aimait entre parenthèse pour ses enfants. Elle a grossi. Elle ne prend plus soin d’elle. Elle n’est plus au courant que des potins du voisinage, de l’école et des dernières tendances déco-maison-jardin. Et : elle en veut à son mari, de lui avoir offert une belle boîte à bijoux pour l’y enfermer (pour en savoir plus: Estelle raconte ce passage. Cliquez ici). Et comme tous les beaux bijoux, on finit par ne plus les sortir de leur protection et leur valeur s’endort sans même qu’aucun Prince Charmant ne vienne les sortir de là. Puisque à ce qu’il parait : le Prince Charmant, ça n’existe pas!

Et si la princesse, et le prince aussi…. se libéraient eux-mêmes de la prison dorée qu’ils se sont construit tout seuls comme des grands ?

Le Minimalisme, votre Famille et Vous ?

La faille - Broesis

Avez-vous remarqué qu’une toute petite différence, une toute petite chose qui n’est pas à sa place peut changer votre vie ?

Voyez la différence qui se crée lorsqu’un simple « m » manque dans le mot « famille ».

Elle se transforme alors en « faille ».

Nous pouvons ajouter à notre famille tout le superflu de la terre, si l’essentiel n’est pas à sa place, rien ne fonctionne correctement :

Une belle famille se transforme en une belle faille.

Et même une famille extraordinaire, devient en une faille extraordinaire.

Sans parler de la famille qui a tout ce qui lui faut pour prospérer , et qui tourne en une faille qui a tout ce qu’il lui faut pour prospérer.

Tout comme la plus grande, la plus puissante, la plus incroyable des familles donne la plus grande, la plus puissante, la plus incroyable des failles.

Si les lettres sont les supports des mots et donc des idées… les objet, les aliments, la répartition des espaces sont les supports de notre quotidien, et donc de nos liens familiaux.

Fleche Super-Pouvoirs Familles Livres      Avez-vous compté combien de disputes ou de désaccords vous avez eu cette année avec un membre de votre famille à propose d’un objet, d’un aliment, ou d’une propriété – telle que votre maison ou votre voiture ? Cette discussion – ou au contraire cette bouderie, aurait-elle pu être évitée si cet objet n’avait pas existé ? Si vous y attachiez moins d’importance ? Ou s’il avait été à sa place, c’est-à-dire à la place qui lui permet de remplir la fonction essentielle de construire et fortifier votre famille ?

L’évènement déclencheur, la faille dans nos liens avec nos proches, sonne le moment du bilan. Nous pouvons nous poser la question « comment construire un contexte, un environnement, dans lequel nous pouvons nous épanouir tous les jours entourés de notre famille. »

Alors comment le minimalisme peut vous sauver vous et votre famille ?

La troisième voie : le minimalisme

Accumulation belle famille - mattysimpson

Donc nous accumulons, nous nous protégeons, et nous admettons de suivre le mouvement… Pour nous bâtir de belles, extraordinaires, grandes, puissantes et incroyables familles avec tout ce qu’il nous faut pour prospérer !

Tout comme “Le fermier dans son pré”, qui prend sa femme, qui prend l’enfant, qui prend la nourrice, qui prend le chat, qui prend la souris, qui prend le fromage… Nous éduquons très tôt les enfants à ce processus « naturel » de la croissance familiale. Libre à eux, plus tard, d’ajouter à cela quelques poissons rouges, voitures, instruments de musques, kimonos, piscine, trampoline, home cinéma, cochons d’inde et hop, la belle famille !

Bien encapuchonnées, matelassées, protégées de leurs pare-chocs superlatifsnos belles familles, partie sur les chemins de la vie, comme si nous pensions que nous pouvions en cueillir les roses sans en recevoir les épines (Jean d’Ormesson citant Louis Aragon). Comme si nos familles gonflées à bloc, comme la grenouille de La Fontaine, étaient alors protégées de tout, même de la misère humaine. Même de la mort.

La comptine prévenait pourtant que quelqu’un – le fromage, serait battu à la fin.

Saucissonnées, paralysées, encroutées de somptueuses nouveautés incontournables ou de vieux objets cassées, oubliés, inutiles, inaccessibles.

Ecrasés, dévorés par nos maisons obèses que nous sommes.

Ces ogresses gangrènent les familles qui tentent encore de s’y habiter alors qu’ils luttent pour l’essentiel, ce fameux événement déclencheur, la vie quoi ! : porter un bébé qui naîtra bientôt, l’envie de faire un boulot qui nous passionne, tenter d’être heureux dans son couple, vouloir jouer avec ses enfants, découvrir le monde, connaître les autres, aider la recherche pour le cancer, apprendre quelque chose de nouveau aujourd’hui. Allier travail-famille.

Minimalisme et Pagaille Familiale - Kasman

Jusqu’ici : de deux choses l’une.

– Soit on jette sa famille : les deux parents travaillent dur, même si c’est un travail peu épanouissant, pour avoir une belle maison, des vacances, payer des activités-extra scolaires. C’est super, mais on a tout juste le temps de se dire qu’on n’a pas le temps de voir grandir ses enfants. Et pourtant on a tout ce qu’il faut pour être heureuse : une nounou, une baby-sitter, une deuxième de rechange, une aide-ménagère, jardinier. De l’extérieur, c’est la grande vie. Ou pas. Et on trime quand même.

– Soit on se jette soi-même : l’un des parents, le plus souvent la mère selon les enquêtes actuelles, arrête de travailler même si c’est un emploi qui l’épanouis, pour s’occuper de ses enfants, de la maison, de l’école et des devoirs…

Et là, c’est l’impasse, impossible d’allier complètement la fameuse dyade « travail-famille ».

Tout choix implique un sacrifice. Oui, mais il manque un ingrédient à ce choix. Elargissons le point de vue :

Car, bonne nouvelle : nous pouvons garder les deux : famille et ambitions professionnelle/personnelle !

Il y a une troisième voix :

Troisième vois le minimalisme- Pixource

C’est en tous cas l’ambition du minimalisme allié à la famille: ne pas sacrifier la famille que vous chérissez, ne pas sacrifier votre capacité à faire un travail qui vous passionne, mais jeter le superflu que notre société d’hyperconsommation nous tend, et que nous acceptons sans même nous en rendre compte, c’est-à-dire vous débarrasser de tout ce qui ne vous aide pas à avoir une famille épanouie ou à soutenir vos objectifs. C’est-à-dire vous séparer de tout ce qui littéralement vous embarrasse, vous empêche d’agir selon vos envies et vos besoins.

Alors pourquoi ne pas voyager léger dans nos vies pour aller plus loin ?

Agissez: le minimalisme et votre famille?

Posez-vous ces trois questions:

1. Quels est mon objectif essentiel pour moi et ma famille? (Pour le déterminer, je vous renvoie  à la Tactique 3. Faire le tri dans mes bonnes résolutions de l’article Mes 9 meilleures tactiques pour appliquer mes bonnes résolutions”)

2. Ma maison me permet-elle d’être en libre possession de mon temps, de mes actions et de mon argent pour réaliser ce/ces objectifs essentiels ?

3. Comment puis-je améliorer ma maison pour qu’elle me permette de réaliser mon objectif et ceux des mes proches  sans qu’elle nous frêne ?

Fleche Super-Pouvoirs Familles Livres     Ce site regroupe des personnes qui se posent peut-être les même questions que vous.

Je vous propose de partagez vos réponses dans les commentaires ci-dessous, pour mettre en commun vos idées et vos réflexions.

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *